Le discours d’Obama sur l’immigration (versions En & Fr)

Capture d’écran 2014-11-21 à 18.24.38

Hier, le président Américain, Barack Obama, s’est exprimé lors d’un discours de 15 minutes sur le système américain « cassé » de l’immigration.

En voici le transcript suivi de sa traduction :

OBAMA: « My fellow Americans, tonight I’d like to talk with you about immigration. For more than 200 years, our tradition of welcoming immigrants from around the world has given us a tremendous advantage over other nations.

It’s kept us youthful, dynamic, and entrepreneurial. It has shaped our character as a people with limitless possibilities. People not trapped by our past, but able to remake ourselves as we choose.

But today, our immigration system is broken, and everybody knows it. Families who enter our country the right way and play by the rules watch others flout the rules. Business owners who offer their wages good wages benefits see the competition exploit undocumented immigrants by paying them far less. All of us take offense to anyone who reaps the rewards of living in America without taking on the responsibilities of living in America. And undocumented immigrants who desperately want to embrace those responsibilities see little option but to remain in the shadows, or risk their families being torn apart.

It’s been this way for decades. And for decades we haven’t done much about it. When I took office, I committed to fixing this broken immigration system. And I began by doing what I could to secure our borders.

Today we have more agents and technology deployed to secure our southern border than at any time in our history. And over the past six years illegal border crossings have been cut by more than half.

Although this summer there was a brief spike in unaccompanied children being apprehended at our border, the number of such children is actually lower than it’s been in nearly two years.

Overall the number of people trying to cross our border illegally is at its lowest level since the 1970s. Those are the facts.

Meanwhile, I worked with Congress on a comprehensive fix. And last year 68 Democrats, Republicans, and independents came together to pass a bipartisan bill in the Senate. It wasn’t perfect. It was a compromise. But it reflected common sense. It would have doubled the number of Border Patrol agents, while giving undocumented immigrants a pathway to citizenship, if they paid a fine, started paying their taxes and went to the back of the line. And independent experts said that it would help grow our economy and shrink our deficits.

Had the House of Representatives allowed that kind of bill a simple yes or no vote, it would have passed with support from both parties. And today it would be the law. But for a year and a half now Republican leaders in the House have refused to allow that simple vote. Now I continue to believe that the best way to solve this problem is by working together to pass that kind of common sense law. But until that happens, there are actions I have the legal authority to take as president, the same kinds of actions taken by Democratic and Republican presidents before me, that will help make our immigration system more fair and more just.

Tonight I’m announcing those actions.

First, we’ll build on our progress at the border with additional resources for our law enforcement personnel so that they can stem the flow of illegal crossings and speed the return of those who do cross over.

Second, I’ll make it easier and faster for high-skilled immigrants, graduates and entrepreneurs to stay and contribute to our economy, as so many business leaders proposed.

Third, we’ll take steps to deal responsibly with the millions of undocumented immigrants who already had live in our country.

I want to say more about this third issue, because it generates the most passion and controversy. Even as we are a nation of immigrants, we’re also a nation of laws. Undocumented workers broke our immigration laws, and I believe that they must be held accountable, especially those who may be dangerous.

That’s why over the past six years deportations of criminals are up 80 percent, and that’s why we’re going to keep focusing enforcement resources on actual threats to our security. Felons, not families. Criminals, not children. Gang members, not a mom who’s working hard to provide for her kids. We’ll prioritize, just like law e enforcement does every day.

But even as we focus on deporting criminals, the fact is millions of immigrants in every state, of every race and nationality still live here illegally.

And let’s be honest, tracking down, rounding up and deporting millions of people isn’t realistic. Anyone who suggests otherwise isn’t being straight with you. It’s also not who we are as Americans.

After all, most of these immigrants have been here a long time. They work hard often in tough, low paying jobs. They support their families. They worship at our churches. Many of the kids are American born or spent most of their lives here. And their hopes, dreams, and patriotism are just like ours.

As my predecessor, President Bush, once put it, they are a part of American life.

Now here is the thing. We expect people who live in this country to play by the rules. We expect those who cut the line will not be unfairly rewarded. So we’re going to offer the following deal: If you’ve with been in America more than five years. If you have children who are American citizens or illegal residents. If you register, pass a criminal background check and you’re willing to pay your fair share of taxes, you’ll be able to apply to stay in this country temporarily without fear of deportation. You can come out of the shadows and get right with the law. That’s what this deal is.

Now let’s be clear about what it isn’t. This deal does not apply to anyone who has come to this country recently. It does not apply to anyone who might come to America illegally in the future. It does not grant citizenship or the right to stay here permanently, or offer the same benefits that citizens receive. Only Congress can do that. All we’re saying is we’re not going to deport you.

I know some of the critics of the action call it amnesty. Well, it’s the not. Amnesty is the immigration system we have today. Millions of people who live here without paying their taxes or playing by the rules, while politicians use the issue to scare people and whip up votes at election time. That’s the real amnesty, leaving this broken system the way it is. Mass amnesty would be unfair. Mass deportation would be both impossible and contrary it to our character.

What I’m describing is accountability. A common sense middle- ground approach. If you meet the criteria, you can come out of the shadows and get right with the law. If you’re a criminal, you’ll be deported. If you plan to enter the U.S. illegally, your chances of getting caught and sent back just went up.

The actions I’m taken are not only lawful, they’re the kinds of actions taken by every single Republican president and every single Democratic president for the past half century.

And to those members of Congress who question my authority to make our immigration system work better or question the wisdom of me acting where Congress has failed, I have one answer: Pass a bill. I want to work with both parties to pass a more permanent legislative solution. And the day I sign that bill into law, the actions I take will no longer be necessary.

Meanwhile, don’t let a disagreement over a single issue be a deal breaker on every issue. That’s not how our Democracy works, and Congress shouldn’t shut down our government again just because we disagree on this.

Americans are tired of gridlock. What our country needs right now is a common purpose, a higher purpose. Most Americans support the types of reforms I’ve talked about tonight, but I understand with the disagreements held by many of you at home.

Millions of us, myself included, go back generations in this country, with ancestors who put in the painstaking work to become citizens. So we don’t like the notion anyone might get a free pass to American citizenship.

I know some worry immigration will change the very fabric of who we are, or take our jobs, or stick it to middle-class families at a time they already feel they’ve gotten a raw deal for over a decade. I hear those concerns, but that’s not what these steps would do.

Our history and the facts show that immigrants are a net plus for our economy and our society. And I believe it’s important that all of us have this debate without impugning each other’s character.

Because for all the back and forth in Washington, we have to remember that this debate is about something bigger. It’s about who we are a country and who we want to be for future generations.

Are we a nation that tolerates the hypocrisy of a system where workers who pick our fruit and make our beds never have a chance to get right with the law? Or are we a nation that gives them a chance to make amends, take responsibility, and give their kids a better future?

Are we a nation that accepts the cruelty of ripping children from their parents’ arms, or are we a nation that values families and works together to keep them together? Are we a nation that educates the world’s best and brightest in our universities only to send them home to create businesses in countries that compete against us, or are we a nation that encourages them to stay and create jobs here, create businesses here, create industries right here in America? That’s what this debate is all about.

We need more than politics as usual when it comes to immigration. We need reasoned, thoughtful, compassionate debate that focuses on our hopes, not our fears. I know the politics of this issue are tough, but let me tell you why I have come to feel so strongly about it. Over the past years I’ve seen the determination of immigrant fathers who worked two or three jobs without taking a dime from the government, and at risk any moment of losing it all just to build a better life for their kids. I’ve seen the heartbreak and anxiety of children whose mothers might be taken away from them just because they didn’t have the right papers. I’ve seen the courage of students who except for the circumstances of their birth are as American as Malia or Sasha, students who bravely come out as undocumented in hopes they could make a difference in the country they love.

These people, our neighbors, our classmates, our friends, they did not come here in search of a free ride or an easy life. They came to work, and study and serve in our military. And, above all, contribute to American success.

Now tomorrow I’ll travel to Las Vegas and meet with some of these students, including a young woman named Astrid Silva. Astrid was brought to America when she was 4 years old. Her only possessions were a cross, her doll, and the frilly dress she had on. When she started school, she didn’t speak any English. She caught up to other kids by reading newspapers and watching PBS. And then she became a good student. Her father worked in landscaping. Her mom cleaned other people’s homes. They wouldn’t let Astrid apply to a technology magnet school, not because they didn’t love her, but because they were afraid the paperwork would out her as an undocumented immigrant. So she applied behind their back and got in.

Still, she mostly lived in the shadows until her grandmother, who visited every year from Mexico, passed away, and she couldn’t travel to the funeral without risk of being found out and deported. It was around that time she decided to begin advocating for herself and others like her. And today Astrid Silva is a college student working on her third degree.

Are we a nation that kicks out a striving, hopeful immigrant like Astrid?

Or are we a nation that finds a way to welcome her in? Scripture tells us, we shall not oppress a stranger, for we know the heart of a stranger. We were strangers once, too.

My fellow Americans, we are and always will be a nation of immigrants. We were strangers once, too. And whether our forbearers were strangers who crossed the Atlantic, or the Pacific or the Rio Grande, we are here only because this country welcomed them in and taught them that to be an American is about something more than what we look like or what our last names are, or how we worship. What makes us Americans is our shared commitment to an ideal, that all of us are created equal, and all of us have the chance to make of our lives what we will. That’s the country our parents and grandparents and generations before them built for us. That’s the tradition we must uphold. That’s the legacy we must leave for those who are yet to come.

Thank you. God bless you. And God bless this country we love. »


Traduction :

Mes chers compatriotes, ce soir, je voudrais vous parler de l’immigration. Depuis plus de 200 ans, notre tradition d’accueil des immigrés venant des quatre coins du monde nous a donné un énorme avantage sur les autres nations.
Il nous a gardés jeunes, dynamiques et entrepreneuriaux. Il a façonné notre caractère en tant que peuple avec d’infimes possibilités. Nous ne sommes pas piégés par notre passé, mais nous sommes capables de nous réinventer.
Mais aujourd’hui, notre système d’immigration est cassé, et tout le monde le sait.

Les familles qui entrent dans notre pays et suivent les règles du jeu, regardent les autres se moquer de ces mêmes règles. Les entrepreneurs qui offrent de bons salaires et aides sociales voient la concurrence exploiter les immigrés sans papiers en les payant à moindre frais. Chacun d’entre nous se vexe envers toute personne qui profite de la vie en Amérique sans en assumer les responsabilités. Et les immigrés sans papiers qui veulent désespérément acquérir ces responsabilités n’ont pas d’autre choix que de rester dans l’ombre, sinon ils risquent de voir leurs familles séparées.
Il en est ainsi depuis des décennies. Et pendant ces années nous n’avons pas fait grand-chose. En prenant mes fonctions, je me suis engagé à réparer ce système cassé d’immigration. Et j’ai commencé par faire ce que je pouvais pour sécuriser nos frontières.
Aujourd’hui, nous avons plus d’agents et de technologies déployées pour sécuriser notre frontière sud qu’à tout autre moment de notre histoire. Et au cours des six dernières années le franchissement illégal des frontières a été réduit de plus de la moitié.
Bien que cet été il y a eu un bref pic chez les enfants non accompagnés et trouvés à la frontière, le nombre de ces enfants est en fait inférieur à ce qu’il a été depuis près de deux ans.
Globalement, le nombre de personnes qui tentaient de franchir la frontière illégalement est à son plus bas niveau depuis les années 1970. Tels sont les faits.

Pendant ce temps, j’ai travaillé avec le Congrès sur un correctif complet. Et l’année dernière 68 démocrates, républicains et indépendants se sont réunis pour passer un projet de loi « bipartisan » au Sénat. Ce ne fut pas parfait. C’était un compromis. Mais cela a reflété le bon sens. Cela aurait permis de doubler le nombre d’agents de patrouille frontalière, tout en donnant aux sans-papiers une voie à la citoyenneté, si ces derniers payaient une amende, et s’ils commençaient à payer leurs impôts. Des experts indépendants ont dit que cela aiderait à la croissance de notre économie et à réduire nos déficits.
Si la Chambre des représentants avait permis ce genre de projet de loi par un simple oui ou non, cela serait passé avec le soutien des deux partis. Et aujourd’hui, ce serait la loi. Mais depuis un an et demi maintenant les dirigeants républicains à la Chambre ont refusé de permettre ce vote simple. Maintenant, je continue à croire que la meilleure façon de résoudre ce problème est de travailler ensemble pour passer ce genre de loi de sens commun. Mais en attendant, il y a des actions que je dois prendre légalement, en tant que président, les mêmes types de mesures prises par les présidents démocrates et républicains avant moi, et qui aideront à faire de notre système d’immigration un système plus juste.

Ce soir, je vais annoncer ces actions.
Tout d’abord, nous allons enchérir les progrès réalisés à la frontière avec des ressources supplémentaires afin que notre personnel, qui fait appliquer la loi, puisse endiguer le flux de passages clandestins et accélérer le retour de ceux qui traversent la frontière.
Deuxièmement, je vais rendre faciles les démarches pour que les immigrés hautement qualifiés, diplômés et entrepreneurs puissent rester et contribuer à notre économie.
Troisièmement, nous allons prendre des mesures pour faire face, de façon responsable, aux millions d’immigrés sans papiers qui ont déjà vécu dans notre pays.
Je veux en dire plus sur cette troisième question, car elle génère le plus de passion et de controverse. Même si nous sommes une nation d’immigrés, nous sommes aussi une nation de lois. Les travailleurs sans papiers ont cassé nos lois sur l’immigration, et je crois qu’ils doivent en être tenus responsables, en particulier ceux qui peuvent être dangereux.
Voilà pourquoi au cours des six dernières années, les déportations de criminels sont en hausse de 80%, et voilà pourquoi nous allons continuer à concentrer nos ressources sur les menaces réelles envers notre sécurité. Les criminels, pas les familles. Les criminels, pas les enfants. Les membres de gangs, pas une mère qui travaille dur pour subvenir aux besoins de ses enfants. Nous prioriserons, tout comme l’application de la loi le fait tous les jours.
Mais alors même que nous nous concentrons sur l’expulsion des criminels, le fait est que des millions d’immigrés dans chaque État, de toute nationalité vivent encore ici illégalement.
Et soyons honnêtes, la traque, rassembler et expulser des millions de personnes n’est pas réaliste. Toute personne qui suggère le contraire n’est pas honnête avec vous. Ce n’est pas notre façon de penser en tant qu’Américains.

Après tout, la plupart de ces immigrés sont ici depuis longtemps. Ils travaillent dur, souvent dans des emplois faiblement rémunérés et difficiles. Ils soutiennent leurs familles. Ils se rendent à nos églises. Beaucoup d’enfants sont d’origine américaine ou ont passé la plupart de leur vie ici. Et leurs espoirs, rêves, et patriotisme sont comme les nôtres.
Comme l’a dit mon prédécesseur, le Président Bush, ils font partie de la vie américaine.
Maintenant, voilà ce qui se passe. Nous attendons des gens qui vivent dans ce pays de suivre nos règles. Nous attendons de ceux qui ne les respectent pas de ne pas être injustement récompensés. Nous allons donc proposer l’accord suivant : si vous avez été en Amérique depuis plus de cinq ans. Si vous avez des enfants qui sont citoyens américains ou résidents illégaux. Si vous vous inscrivez, passez une vérification des antécédents criminels et que vous êtes prêts à payer vos impôts, vous serez en mesure de demander à rester dans ce pays temporairement sans crainte d‘expulsion. Vous pouvez sortir de l’ombre et obtenir le droit à la loi. Voilà ce qu’il en est.
Maintenant, soyons clairs sur ce qu’il ne s’agit pas. Cette affaire ne concerne pas quelqu’un qui est venu dans ce pays récemment. Elle ne s’applique pas à tous ceux qui pourraient venir en Amérique illégalement dans l’avenir. Elle ne donne pas la citoyenneté ou le droit de rester ici de façon permanente, ou d’offrir les mêmes avantages que les citoyens reçoivent actuellement. Seul le Congrès peut le faire. Tout ce que nous disons est que nous n’allons pas vous expulser.
Je sais que certains des critiques appelleront cela l’amnistie. Eh bien, ce n’est pas le cas. L’amnistie est le système d’immigration que nous avons aujourd’hui. Des millions de personnes vivent ici sans payer leurs impôts ou ne suivent pas les règles du jeu, et les politiciens utilisent ce problème afin d’effrayer les gens et d’augmenter les votes au moment des élections. La vraie amnistie est de laisser ce système cassé tel qu’il est. L’amnistie de masse serait injuste. La déportation massive serait à la fois impossible et contraire à ce que nous sommes.
Ce que je décris tient de la responsabilité. Une approche intermédiaire de bon sens. Si vous répondez aux critères, vous pouvez sortir de l’ombre et obtenir le droit à la loi. Si vous êtes un criminel, vous serez expulsé. Si vous envisagez d’aller aux États-Unis illégalement, vos chances d’être pris et renvoyés sont énormes.
Les actions que j’ai prises ne sont pas seulement légitimes, elles sont les types de mesures prises par chaque président républicain unique et chaque président démocrate unique depuis les 50 dernières années.
Et pour les membres du Congrès qui remettent en question mon autorité à mieux faire fonctionner notre système d’immigration ou remettre en question ma sagesse d’agir là où le Congrès n’a pas réussi, je leur réponds cela : adoptez la loi. Je veux travailler avec les deux partis afin de faire passer une solution législative plus permanente. Et le jour où je signe ce projet de loi, les actions que je prends ne seront plus nécessaires.
Pendant ce temps, ne laissez pas un désaccord sur une question unique être un briseur d’affaires sur chaque question. Cela ne reflète pas la façon dont notre démocratie fonctionne, et le Congrès ne devrait pas fermer notre gouvernement parce que nous sommes en désaccord sur ce point.
Les Américains sont fatigués d’être dans l’impasse. Ce dont notre pays a besoin en ce moment, c’est un objectif commun, un but plus élevé. La plupart des Américains soutient les types de réformes dont je vous ai parlées ce soir, mais je comprends les désaccords détenus par beaucoup d’entre vous.
Des millions d’entre nous, moi y compris, sommes ici depuis des générations, avec des ancêtres qui ont fait énormément afin de devenir citoyens. Donc, nous ne voulons que quelqu’un puisse obtenir un laissez-passer gratuit et facile pour obtenir la citoyenneté américaine.
Je sais que certains d’entre vous s’inquiètent sur l’immigration et le changement qu’elle peut créer sur qui nous sommes, ou prendre nos emplois, ou s’appliquer aux familles de la classe moyenne à un moment où ils sentent qu’ils ont déjà obtenu un mauvais deal depuis plus d’une décennie. J’entends ces préoccupations, mais ce ne sont pas ce que ces démarches feraient.
Notre histoire et les faits montrent que les immigrés sont un plus pour notre économie et notre société. Et je crois qu’il est important que nous ayons tous ce débat sans contester le caractère les uns des autres.
Parce qu’avec tous ces allers-retours à Washington, nous devons nous rappeler que ce débat porte sur quelque chose de plus grand. C’est à propos de ce que nous sommes en tant que pays et qui nous voulons être pour les générations futures.
Sommes-nous un pays qui tolère l’hypocrisie d’un système où les travailleurs qui ramassent nos fruits et font nos lits n’obtiennent jamais la chance d’obtenir le droit à la loi ? Ou sommes-nous une nation qui leur donne la chance de bien faire, de prendre des responsabilités, et de donner à leurs enfants un avenir meilleur ?
Sommes-nous une nation qui accepte la cruauté de séparer les enfants des bras de leurs parents, ou sommes-nous un pays qui valorise la famille et travaille à les maintenir ensemble ? Sommes-nous une nation qui éduque les plus brillants dans nos universités juste pour les renvoyer chez eux pour créer des entreprises dans des pays qui sont en concurrence avec nous, ou sommes-nous une nation qui les encourage à rester et créer des emplois ici, créer des entreprises ici, créer des industries ici en Amérique ? Voilà ce que propose ce débat.
Nous avons besoin de plus de politique que d’habitude quand il s’agit de l’immigration. Nous devons être motivés, sérieux, compatissants et nous concentrer sur nos espoirs, et non nos craintes. Je sais que ces questions politiques sont difficiles, mais laissez-moi vous dire pourquoi je me sens fortement engagé sur ce sujet.

Au cours des dernières années, j’ai vu la détermination des pères immigrés qui ont travaillé deux ou trois emplois sans obtenir un sou du gouvernement, et à tout moment avec le risque de tout perdre juste pour vouloir construire une vie meilleure pour leurs enfants. J’ai vu le chagrin et l’angoisse des enfants dont les mères pouvaient être prises loin d’eux tout simplement parce qu’elles n’ont pas les papiers. J’ai vu le courage des étudiants qui, sauf pour les circonstances de leur naissance, sont aussi Américains que Malia ou Sasha, les étudiants qui viennent courageusement comme sans-papiers dans l’espoir qu’ils pourraient faire une différence dans le pays qu’ils aiment.
Ces gens, nos voisins, nos camarades, nos amis, ils ne sont pas venus ici à la recherche d’un « free ride » ou d’une vie facile. Ils sont venus pour travailler, étudier et servir dans nos forces armées. Et, surtout, contribuer à la réussite américaine.
Demain je vais me rendre à Las Vegas et rencontrer quelques-uns de ces étudiants, dont une jeune femme nommée Astrid Silva. Astrid est arrivée en Amérique quand elle avait 4 ans. Ses seules possessions étaient une croix, sa poupée, et la robe à froufrous qu’elle portait. Quand elle a commencé l’école, elle ne parlait pas un mot d’anglais. Elle a rattrapé les autres enfants par la lecture de journaux et en regardant PBS. Et puis elle est devenue bonne élève. Son père travaillait dans l’aménagement paysager. Sa mère nettoyait les maisons d’autres personnes. Ils ne voulaient pas laisser Astrid postuler à une école technologique, non pas parce qu’ils ne l’aimaient pas, mais parce qu’ils avaient peur de la paperasse à remplir, étant immigrés sans papiers. Alors elle a rempli le dossier d’inscription dans leur dos et a été prise.
Pourtant, elle a vécu la plupart du temps dans l’ombre jusqu’à ce que sa grand-mère, qui venait lui rendre visite chaque année en provenance du Mexique, est décédée, et qu’elle ne pouvait pas se rendre à l’enterrement sans risquer d’être découverte et expulsée. C’était à cette époque qu’elle a décidé de commencer à plaider sa cause et celle d’autres comme elle. Et aujourd’hui Astrid Silva est une étudiante en passe d’obtenir un troisième cycle.
Sommes-nous une nation qui rejette une immigrée pleine d’espoir comme Astrid ?
Ou sommes-nous une nation qui trouve un moyen de lui souhaiter la bienvenue ? Les écrits nous disent, ‘nous n’opprimerons pas un étranger, car nous connaissons le cœur d’un étranger’. Nous avons été nous aussi des étrangers.
Mes chers compatriotes, nous sommes et serons toujours un pays d’immigrés. Nous étions aussi des étrangers. Et comme nos ancêtres étaient des étrangers qui ont traversé l’Atlantique, le Pacifique ou le Rio Grande, nous sommes ici seulement parce que ce pays les a accueillis et leur a enseigné que d’être un Américain est quelque chose de plus que ce à quoi nous ressemblons ou ce que sont nos noms de famille ou comment nous adorons. Ce qui nous rend Américains est notre engagement commun à un idéal, nous sommes tous égaux, et nous avons tous la chance de faire ce que nous voulons de notre vie. Voilà le pays que nos parents et grands-parents et les générations avant eux ont construit pour nous. Voilà la tradition que nous devons défendre. Voilà l’héritage que nous devons laisser à ceux qui sont encore à venir.
Merci. Dieu vous bénisse. Et que Dieu bénisse ce pays que nous aimons.


Bien bien Mr Obama. Mis à part le « God bless » de la fin (je n’ai jamais compris pourquoi il n’y avait pas de séparation entre la religion et l’état), je partage le même sentiment pour la plupart des faits que vous énoncez.

Publicités