Film : Jake Gyllenhaal, le magistral Nightcrawler de L.A.

Nightcrawler

Mais qu’est-ce que c’est que cette petite bombe de film ? C’est la remarque que je me faisais en regardant Nightcrawler (Night Call) au cinéma.

Le film est écrit et réalisé par Dan Gilroy – à la ville, Monsieur René Russo, qui elle-même interprète Nina Romina. A priori il s’agit de son premier film, et quel film ! Par où commencer ? la mise en scène, le scénario, le casting, tout est réfléchi, savamment dirigé et interprété. Un petit bijou ce film. Je me souviens de Jake Gyllenhaal à ses débuts, notamment dans Donnie Darko ou Moonlight Mile et j’étais loin de l’imaginer interpréter un jour ce genre de personnage. Un rôle de composition pour lui (je pense sincèrement que personne d’autre n’aurait pu faire aussi bien) tout comme son rôle dans Brokeback Mountain avec son ami Heath Ledger, une perle d’acteur lui aussi.

Pour rentrer dans le personnage de Louis Bloom, un type en mal de reconnaissance et avide de sensations fortes et extrêmes, il a perdu beaucoup de poids et c’est assez choquant de le voir à ce point creusé, sa glotte ressort tellement lorsqu’il est de profil. Il est effrayant dans ce rôle de sociopathe manipulateur, cynique mais intellectuellement supérieur, avec un bas goût de génie et toujours plein d’humour. Je n’ai pas envie d’en dire plus car je risquerais de dévoiler trop de parties de ce film que je trouve superbe. Pas étonnant que les producteurs, Bold Films, sont aussi ceux derrière le très bon Drive, avec Ryan Gosling. Clairement les deux films ont l’art et la manière de maîtriser les voitures, les courses poursuites, le suspense et les scènes d’action qui en découlent. On parle d’Oscar® pour Gyllenhaal à la cérémonie du 22 février prochain, sans aucun doute je serai devant mon écran, hystérique.

Bande annonce de Nightcrawler // Distributeur : Paramount Pictures

Publicités