Film : A Most Violent Year

A Most Violent Year © STUDIOCANAL

A Most Violent Year © STUDIOCANAL

J.C. Chandor, à qui l’on doit Margin Call (avec, entre autres, l’excellent Kevin Spacey), et All Is Lost (avec Bob Redford), signe ici un 3ème long métrage bien ficelé et mené.

Synopsis : New York – 1981. L’année la plus violente qu’ait connu la ville. Le destin d’un immigré qui tente de se faire une place dans le business du pétrole. Son ambition se heurte à la corruption, la violence galopante et à la dépravation de l’époque qui menacent de détruire tout ce que lui et sa famille ont construit.

« Here comes the caped crusader » – Peter Forente

Le film pourrait se résumer à cela : « voilà le justicier masqué qui arrive ». Mais J.C. Chandor ne s’est pas arrêté là – il a réussi à développer le sujet de la corruption et des magouilles dans l’univers impitoyable du pétrole au début des années 80, non pas au Texas mais à NYC. On peut d’ailleurs y découvrir de belles images de la ville à l’époque (y compris les Twin Towers), le Manhattan vu de Brooklyn. Par contre, vu le titre du film, je m’attendais à beaucoup plus de scènes de violence mais ce n’était pas pour me déplaire.

Les dialogues sont justes et savamment interprétés par le duo Oscar Isaac et Jessica Chastain – d’ailleurs, ces deux acteurs vont tellement bien ensemble à l’écran que ce serait sympa de les voir collaborer à nouveau dans de futurs films – un peu comme la dynamique qu’offrent Bradley Cooper et Jennifer Lawrence. Le rythme est plutôt lent mais on ne perd pas le fil de l’intrigue, malgré également l’absence de musique pendant et entre les scènes.

Des seconds rôles intéressants pour Alessandro Nivola (Coco Avant Chanel, American Hustle), David Oyelowo (The Last King of Scotland, The Help, The Butler) et Albert Brooks (Out Of Sight, Drive).

Bande annonce de A Most Violent Year // Distributeur : STUDIOCANAL

✰ Bonne année 2015 ! ✰

Publicités