Mon weekend raté de restos

Il y a quelques semaines, lors d’une visite d’amis à Paris, j’ai eu l’occasion d’aller coup sur coup dans deux restos le temps d’un weekend. Comme tout le monde n’était pas vraiment dans le même quartier, on a essayé de faire au plus simple et choisir des lieux centraux. Déjà, on aurait du aller dans les restos que l’on apprécie.

Le premier était Les Bonnes Sœurs, rue du Pas de la Mule près de la Place des Vosges. Un menu à rallonge, pour moi ce n’est jamais bon signe, on passe du burger au poisson à la viande avec de nombreux choix … hmm, ce ne sont clairement pas des produits frais et de saison. Je décide de partir sur quelque chose de simple, un plat végétarien avec des légumes cuits. Les plats arrivent très vite (visiblement tout est déjà prêt en cuisine et passé au micro-ondes à la dernière minute). Les légumes et le reste des ingrédients trempaient dans l’huile, pas très appétissant à regarder mais encore moins à avaler – mal d’estomac en fin de repas assuré. Le burger a aussi été choisi et malheureusement la viande n’était pas terrible, les frites pas cuites et le pain tout sec. Je ne commenterai pas sur le reste des plats que les autres ont pris car de toute façon ce n’est pas positif. La note a été salée au vu de la qualité de ce que nous avons tenté de manger.

Le deuxième était le pourtant réputé et sympa Rocher de Cancale dans la Rue Montorgueil. C’était pour le service du midi le dimanche et bien que le rez-de-chaussée n’était pas plein, on nous a emmenés au 1er étage. Malheureusement j’ai toujours des a priori sur les étages car on a tendance à vous oublier pour tout – passer la commande, vous servir et revenir au cas où. Bingo : la serveuse en charge du 1er étage était ce jour-là, comment dire … complètement à la masse. Pas vive du tout, elle vient prendre notre commande sans rien noter (un de nous commente qu’elle ne se rappellera pas de tout et que forcément il y aura cafouillage quelque part), elle s’approche de sa machine pour enregistrer la commande et nous fait répéter les boissons, … ça commence. Nous étions à côté de la lucarne (monte charge) où la serveuse doit récupérer les plats venant de la cuisine d’en bas. La sonnerie retentit et là, il se passe bien 10 minutes avant que la serveuse (restée en bas) ne vienne récupérer quelques uns de nos plats. Vous imaginez bien que, après le bip-bip dans nos oreilles devenu insupportable, tout arrive quasi froid : il y a certains plats que l’on peut manger froids ou tièdes mais d’autres, comme l’entrecôte frites, non. Bref, nous étions deux à avoir pris l’entrecôte frites et je lui dis que tout est froid et que je souhaiterais qu’elle ramène le plat en cuisine pour le faire réchauffer. Elle descend directement avec le plat. Tout le reste de la table commence à manger et moi j’attends, j’attends, j’attends. J’attends 25 minutes avant qu’elle ne revienne et au moment où une amie se décide pour moi et part à sa rencontre pour annuler ma commande (tout le monde avait fini de manger), elle revient. Non seulement elle est remontée 25 minutes trop tard mais elle ne daigne même pas s’excuser pour le retard et la gêne occasionnée. Du grand n’importe quoi. Ah j’oubliais de vous préciser : ce qui devait être une entrecôte est finalement un faux-filet et quand on le lui dit, elle rétorque par un « ah bon? ah… » d’un air absent. Et puis, quand il a fallu (enfin) manger, la viande était limite carbonisée car recuite (non réchauffée), du plastique, impossible de la couper et la mâcher, les frites étaient toutes ramollies — vraiment pas bon.

En bref, au Rocher De Cancale il ne faut pas : être placé à l’étage pour déjeuner ou diner car on vous oubliera à coup sur, faire confiance à la personne qui prendra votre commande si vous ne la voyez pas la noter. Une remarque a bien été faite à la responsable en bas en sortant qui me dit simplement « ah, je ne savais pas, elle ne m’a rien dit. Et puis aujourd’hui ils étaient supposés être deux mais l’autre personne est malade donc c’est difficile à gérer ». Je lui ai répondu que dans ce cas là, qu’ils fassent l’effort de prendre au moins quelqu’un de dynamique et surtout qui reste à l’étage pour justement veiller à ce que les clients soient tous servis en même temps sans avoir à entendre le bip-bip incessant et stressant des plats qui montent. Et que le ou la serveuse sache s’excuser en cas de bourde. Car non seulement elle s’être trompée sur la commande (faux-filet à la place d’entrecôte) mais elle a aussi égaré mon plat en route et l’a remonté à la fin de la bataille, quand tous les autres de la table avaient fini de manger.

Malheureusement, ce genre d’établissements que l’on connait « bons et bien » un certain temps ont tendance à évoluer – et pas dans le bon sens – lorsque le chef ou la direction changent. Et ça, on ne peut pas l’anticiper ou le savoir en passant le pas de la porte …

Publicités