Film : L’Enquête

L'Enquête

© Mars Distribution

Et donc le petit s’attaqua aux Grands …

Ça fait plaisir de retrouver Gilles Lellouche dans un rôle comme celui-ci. Interpréter Denis Robert n’était pas une mince affaire mais il excelle dans le film de Vincent Garenq.

Les dessous de l’affaire Clearstream, les systèmes corrompus, les dissimulations de capitaux, les manipulations, les politiques, les banques, les institutions de haut niveau mêlés à tort ou à raison dans ce sac de nœuds qui a duré de 2001 à 2011. Le film est bien mené et joué, le scénario est solide. C’est la deuxième fois que je vois réunis Lellouche et Berling – la première fois c’était dans Krach qui raconte aussi les revers et mécanismes du monde de la finance, mais à New York. En gros, même si vous ne comprenez rien à la finance il faut retenir que : l’argent mène le monde (donc le monde de la finance, avec ses banques, ses traders), les politiques et l’état sont loin d’être fiables (mais là, je n’apprends rien à personne), l’Europe – à cause des magouilles diverses – pourrait être comparée aux pays du monde que l’on qualifie de « corrompus ». Je pense qu’on est loin d’avoir tout vu dans ce genre d’histoires (dernièrement SwissLeaks et HSBC) et si on savait tout, on ne dormirait plus sur ses deux oreilles. Ça s’appelle des scandales et ça a toujours existé. Maintenant, c’est aux journalistes que revient la lourde tâche de les faire publiquement connaitre, mais là encore, comment être sûr que les infos récoltées sont absolument vraies ? Il est certain qu’un témoin anonyme peut raconter n’importe quoi avec de fausses preuves (facile de falsifier des documents de nos jours) : le journaliste prend le risque de relater son témoignage mais à quels risques et à quel prix ?

Le film nous montre bien tout cela et même si dans les faits nous n’apprenons rien de nouveau, je me suis réjouie de voir de belles scènes, de bons dialogues et une quête de la vérité jusqu’au bout.

« Si j’avais su qu’en me lançant dans cette enquête j’allais me foutre dans une telle merde, que j’aurais sur le dos une multinationale, des banques, des avocats, des juges, des huissiers, des policiers, que je me retrouverais au milieu des guerres fratricides entre les deux principaux marchands d’armes français et de deux candidats à l’élection présidentielle … franchement, je crois que j’y s’rais pas allé. » – Denis Robert

En fait, je ne suis pas d’accord avec lui – je pense que ce journaliste est tellement passionné qu’il y serait quand même allé.

Bande annonce de L’Enquête // Distributeur : Mars Distribution

Publicités