Les Tuileries – très tôt le matin

Je cours trente minutes trois fois par semaine depuis maintenant cinq mois. À l’inverse de ceux qui aiment y aller le soir pour se détendre de leur journée, je préfère le calme du matin, avant d’aller travailler. Quand je dis le matin, je veux dire très tôt le matin. En hiver j’allais faire mon jogging à 7h30 quand il faisait encore nuit et puis le jour est arrivé de plus en plus vite et il a fallu que je m’adapte – étant matinale, pas de problème j’ai fini par y aller dès 6h45, avant le changement d’heure.
Désormais j’y vais à 7h. Paris s’éveille.

Ce qui est bien lorsqu’on y va le matin très tôt, c’est qu’on a droit à cette lumière particulière, la première de la journée, et ça, c’est sans prix, on se sent privilégié car les années folles où je rentrais de boîte très tôt le matin sont derrière moi et je n’avais plus vraiment l’occasion de pouvoir apprécier ces moments. L’autre avantage est qu’il n’y a pas foule aux Tuileries de bonne heure, on a l’impression d’avoir le parc pour soi. Je croise le gardien des lieux à l’entrée principale, on se fait un signe de la tête, il commence l’ouverture de toutes les grilles à 6h45 pour finir à 7h30.

Une fois, je suis partie tellement tôt que rien n’était encore ouvert : en passant par les arcades du Louvre (près du Café Marly) en direction du parc, j’ai du escalader les barrières de sécurité qui n’étaient pas encore ouvertes – et tourner en rond devant le parc avant que la grille côté rue de Rivoli soit ouverte. Ce jour là je me suis dit que la force intérieure m’avait habitée car il était vraiment, vraiment très tôt. Ou alors c’était seulement la motivation de courir qui m’avait envahie et mon corps qui le réclamait.

Au fil des mois je finis par croiser les mêmes personnes, on se salue brièvement, je les reconnais à leurs vêtements mais aussi, pour certains, à leur foulée. Il y en a qui sont impressionnants, on dirait des kangourous, je ne sais pas s’ils ont des ressorts sous les pieds, mais ils flottent, ils ne courent pas. Quant à moi, je maintiens la cadence, en moyenne 5km en 30 minutes, je ne compte pas entrer les différentes compétitions de la capitale, juste pouvoir profiter de ces moments de détente, de cardio et de savoir que pendant ces 30 minutes, plus rien ne compte, je me vide la tête et me dis que finalement, avec tous les restos que j’enchaine, c’est bien pratique de pouvoir d’une façon ou d’une autre éliminer et maintenir le rythme avec une vue plutôt sympa : Tour Eiffel sur la gauche, obélisque de la Concorde devant, le Louvre dans le dos sur fond de première lumière.

Pour les photos que je prends, ce n’est jamais évident pendant que l’on court, certaines en ressortent très floues, d’autres ne sont absolument pas cadrées mais ça reste amusant. Un ami d’Amsterdam m’a conseillée de regarder le film « Yes Man » avec Jim Carrey où apparemment, l’actrice Zooey Deschanel fait un tuto pour apprendre à faire des photos tout en courant. Je l’ai vu, j’ai constaté mais la différence entre elle et moi est qu’elle, elle s’arrête pour prendre sa photo, pas moi – je continue de courir, ou piétiner plutôt (!) D’où le résultat, parfois décevant. Ensuite ce n’est pas gagné pour retrouver son souffle.

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés