Film : Cake

© Youtube

© Youtube

Synopsis (UGC)
Une dépressive chronique, fascinée par le suicide d’une membre de son groupe de soutien, s’immisce dans la vie du mari et du jeune fils de cette dernière.

Pas vraiment d’accord avec le synopsis d’UGC sur ce coup là. Le film est bien plus profond. Claire, jouée par Jennifer Aniston, devient dépressive à la suite d’un accident de voiture survenu un an auparavant – elle y perd d’ailleurs son fils, et qui l’a laisse pleine de cicatrices visibles et des barres de fer dans le dos (que l’on ne voit pas), un mal qui l’empêche de regarder la route lorsqu’elle est en voiture. La souffrance l’amène à prendre des antalgiques mélangés à l’alcool qui l’entrainent dans un tourbillon sans fin. Elle a alors un choix : soit elle suit le chemin de Nina, soit elle se ressaisit et apprend à mettre un pied devant l’autre – vivre un jour après l’autre sans prendre de décision, sans trop réfléchir.
Une personne « sage » m’a dit un jour : « dans la vie on fait ce qu’on peut, pas toujours ce qu’on voudrait faire – il faut faire les choses sans se traumatiser ».

« I’m not a stalker, not in the traditional sense » – Claire Bennett

Jennifer Aniston est loin des rôles dans lesquels on a l’habitude de la voir – exit les comédies, place aux drames et ça lui va bien. Elle a toujours cette façon d’aborder les situations avec un twist d’humour, si on peut dire ça comme ça, même dans les moments les plus dramatiques. À voir, mais pas lorsqu’on se sent déjà déprimé.

Bande annonce de Cake // Distributeur : Warner Bros.

Publicités