Fête du Cinéma 2015 : revue de quelques films

Cette année, je suis allée voir plus de films que ce que j’avais prévu – et je vais les commenter brièvement – la date de publication de ce post étant un peu tardive …

Un moment d’égarement : avec Vincent Cassel et François Cluzet
L’histoire, on la connait déjà puisque c’est un remake du film de Claude Berri de 1977. Deux pères, leurs deux filles et un dérapage, en été, dans la maison de famille corse. Cette fois-ci le film est réalisé par Jean-François Richet. Même si le cadre, les paysages sont idylliques et les dialogues parfois drôles, le film ne restera pas dans les annales pour moi. Et ce n’est pas le scénario qui est en cause mais plutôt le jeu des acteurs. Cela reste, évidemment, très subjectif.

Gunman : avec Sean Penn et Javier Bardem
L’histoire se déroule sur plusieurs périodes entre la République Démocratique du Congo, Londres et Barcelone. Même si en têtes d’affiche se trouvent deux acteurs que je trouve bons, le scénario n’est pas super solide, les dialogues retombent souvent à plat et le jeu de Javier Bardem n’est vraiment pas au top.

Entourage : avec Adrian Grenier, Jeremy Piven, Kevin Connolly, Kevin Dillon et Jerry Ferrara
Si vous ne connaissez pas la série originale d’HBO, un bon récap en début de film vous plongera directement dans l’ambiance. Le film reste fidèle à la série, les personnages sont toujours aussi déjantés, n’oublions pas qu’il s’agit de dépeindre la vie d’acteurs/producteur/manager à Los Angeles, cette ville du CINÉMA par excellence, des paillettes et bimbos en quête de célébrité.

Mustang : avec Günes Nehize Sensoy, Doga Zeynep Doguslu, Tugba Sunguroglu, Elit Iscan, Ilayda Akdogan
Joli film qui m’a fait penser à The Virgin Suicides de Sofia Coppola, version turque. Ou comment cinq sœurs se rebellent contre les traditions strictes de leur pays jusqu’à en arriver au pire. Beaucoup de thèmes sont évoqués, toujours racontés de façon élégante qui feront sourire ou froncer les sourcils.

Terminator Genisys : avec Arnold Schwarzenegger, Emilia Clarke, Jason Clarke, Jai Courtney
Et donc, au début, il y avait un Terminator. Et après il y en a eu deux et d’autres robots sous formes différentes. C’est drôle, dans cette franchise je me perds avec les scénarii … les retours dans le temps (un peu comme dans Back to The Future – mais ceux-là étaient beaucoup plus simples). Les passionnés s’y retrouveront. Donc je me fais une raison, si je continue à les regarder c’est pas pour Schwarzie mais pour l’action et les effets spéciaux – et me demander s’il est possible qu’un univers parallèle existe…hmmm. Il fut un temps où c’était pour Edward Furlong mais vu ce qu’il est devenu, le pauvre, j’ai préféré les effets spéciaux.

Publicités