Transcript en anglais et français du discours de Barack Obama après l’élection de Donald Trump (45ème Président des États Unis)

OBAMA:

Good afternoon, everybody. Yesterday, before votes were tallied, I shot a video that some of you may have seen in which I said to the American people, regardless of which side you were on in the election, regardless of whether your candidate won or lost, the sun would come up in the morning.

And that is one bit of prognosticating that actually came true. The sun is up. And I know everybody had a long night. I did as well. I had a chance to talk to President-elect Trump last night about 3:30 in the morning, I think it was, to congratulate him on winning the election and I had a chance to invite him to come to the White House tomorrow to talk about making sure that there is a successful transition between our presidencies.

Now, it is no secret that the president-elect and I have some pretty significant differences. But remember, eight years ago President Bush and I had some pretty significant differences. But President Bush’s team could not have been more professional or more gracious in making sure we had a smooth transition so that we could hit the ground running.

And one thing you realize quickly in this job is that the presidency and the vice presidency is bigger than any of us. So I have instructed my team to follow the example that President Bush’s team set eight years ago, and work as hard as we can to make sure that this is a successful transition for the president-elect.

Because we are now all rooting for his success in uniting and leading the country. The peaceful transition of power is one of the hallmarks of our democracy. And over the next few months, we are going to show that to the world.

I also had a chance last night to speak with Secretary Clinton and I just had the chance to hear her remarks. I could not be prouder of her. She has lived an extraordinary life of public service. She was a great first lady. She was an outstanding senator for the state of New York. And she could not have been a better secretary of state.

I’m proud of her. A lot of Americans look up to her. Her candidacy and nomination was historic and sends a message to our daughters all across the country that they can achieve at the highest levels of politics. And I’m absolutely confident that she and President Clinton will continue to do great work for people here in the United States and all around the world.

Now, everybody is sad when their side loses an election, but the day after we have to remember that we’re actually all on one team. This is an intramural scrimmage. We’re not Democrats first. We’re not Republicans first. We are Americans first. We’re patriots first.

We all want what’s best for this country. That’s what I heard in Mr. Trump’s remarks last night. That’s what I heard when I spoke to him directly. And I was heartened by that. That’s what the country needs — a sense of unity, a sense of inclusion, a respect for our institutions, our way of life, rule of law, and respect for each other.

I hope that he maintains that spirit throughout this transition. And I certainly hope that’s how his presidency has a chance to begin.

I also told my team today to keep their heads up, because the remarkable work that they have done day in, day out, often without a lot of fanfare, often with (ph) a lot of — a lot of attention — work in agencies, work in obscure areas of policy that make government run better and make it more responsive and make it more efficient, and make it more service-friendly so that it’s actually helping more people. That remarkable work has left the next president with a stronger, better country than the one that existed eight years ago.

So win or lose in this election, that was always our mission. That was our mission from day one. And everyone on my team should be extraordinarily proud of everything that they have done and so should all of the Americans that I’ve had a chance to meet all across this country who do the hard work of building on that progress every single day.

Teachers in schools, doctors in E.R. clinic, small businesses putting their all into starting something up, making sure they’re treating their employees well, all the important work that’s done by moms and dads and families and congregations in every state, the work of perfecting this union.

So this was a long and hard fought campaign. A lot of our fellow Americans are exalted today, a lot of Americans are less so, but that’s the nature of campaigns, that’s the nature of democracy. It is hard and sometimes contentious and noisy and it’s not always inspiring.

But to the young people who got into politics for the first time and may be disappointed by the results, I just want you to know, you have to stay encouraged. Don’t get cynical, don’t ever think you can’t make a difference. As Secretary Clinton said this morning, fighting for what is right is worth it. Sometimes you lose an argument, sometimes you lose an election.

You know, the path that this country has taken has never been a straight line. We zig and zag and sometimes we move in ways that some people think is forward and others think is moving back, and that’s OK. I’ve lost elections before. Joe hasn’t, but…

(LAUGHTER)

You know. So I’ve been sort of sure…

BIDEN: But (ph) you beat me badly.

(LAUGHTER)

OBAMA: That’s the way politics works sometimes. We try really hard to persuade people that we’re right and then people vote. And then if we lose, we learn from our mistakes, we do some reflection, we lick our wounds, we brush ourselves off, we get back in the arena, we go at it. We try even harder the next time.

The point though is that we all go forward with a presumption of good faith in our fellow citizens, because that presumption of good faith is essential to a vibrant and functioning democracy. That’s how this country has moved forward for 240 years. It’s how we’ve pushed boundaries and promoted freedom around the world. That’s how we’ve expanded the rights of our founding to reach all of our citizens. It’s how we have come this far.

And that’s why I’m confident that this incredible journey that we’re on, as Americans, will go on. And I’m looking forward to doing everything that I can to make sure that the next president is successful in that.

I’ve said before, I think of this job as being a relay runner. You take the baton, you run your best race and hopefully by the time you hand it off, you’re a little further ahead, you’ve made a little progress. And I can say that we’ve done that and I want to make sure that handoff is well executed because ultimately we’re all on the same team.

All right. Thank you very much, everybody.

(APPLAUSE)

>>> à partir de 9’50

 


Traduction (par mes soins) :

OBAMA :

Bonjour à tous. Hier, avant que les votes n’aient été comptés, j’ai tourné une vidéo que certains d’entre vous ont pu voir et dans laquelle j’ai dit au peuple américain, peu importe de quel côté vous étiez à l’élection, que votre candidat ait gagné ou perdu, que demain serait un autre jour.

Et ce fut le cas. Le soleil s’est levé. Et je sais que tout le monde a passé une longue nuit. Cela a été le cas pour moi aussi. J’ai eu l’occasion de parler au président élu cette nuit vers 3h30 pour le féliciter d’avoir remporté l’élection et j’ai eu l’occasion de l’inviter à venir à la Maison Blanche demain pour veiller à ce qu’il y ait une transition réussie entre nos présidences.

Maintenant, ce n’est un secret pour personne que le président élu et moi-même avons des différences assez importantes. Mais rappelez-vous qu’il en était de même il y a huit ans avec le Président Bush. Et l’équipe du Président Bush ne pouvait pas être plus professionnelle ou plus gracieuse pour assurer une transition en douceur afin que nous nous mettions à l’œuvre dès le premier jour.

Et une chose que vous réalisez vite dans ce job est que la présidence et la vice-présidence nous dépassent tous. J’ai donc donné l’ordre à mon équipe de suivre l’exemple de l’équipe du Président Bush il y a huit ans et de travailler aussi dur que possible pour assurer une transition réussie avec le président élu.

Parce que nous voulons tous qu’il réussisse à unir et diriger le pays. La transition pacifique du pouvoir est l’une des caractéristiques de notre démocratie. Et nous allons le montrer au monde au cours des prochains mois.

J’ai aussi eu l’occasion de parler hier soir à la Secrétaire d’État Clinton et d’entendre ses remarques. Je ne pourrais pas être plus fier d’elle. Elle a vécu une vie extraordinaire dans le service public. Elle était une excellente première dame. Elle était une exceptionnelle Sénateur pour l’état de New York. Et elle n’aurait pas pu être une meilleure Secrétaire d’État.

Je suis fier d’elle. Beaucoup d’Américains la respectent. Sa candidature et sa nomination étaient historiques et envoient un message à nos filles à travers le pays leur disant qu’elles peuvent réaliser beaucoup au plus haut niveau en politique. Et je suis convaincu qu’elle et le Président Clinton continueront à faire un excellent travail pour les gens ici aux États Unis et partout dans le monde.

Maintenant, tout le monde est triste quand son parti perd une élection, mais le lendemain nous devons nous rappeler que nous sommes tous dans la même équipe. Il s’agit d’une mêlée intra-muros. Nous ne sommes pas d’abord démocrates, ni républicains. Nous sommes Américains. Nous sommes d’abord patriotes.

Nous voulons tout ce qu’il y a de mieux pour ce pays. C’est ce que j’ai entendu dans le discours de M. Trump hier soir. C’est ce que j’ai entendu lorsque je lui ai parlé directement. Et j’ai été touché par cela. C’est ce dont le pays a besoin – un sentiment d’unité, un sentiment d’inclusion, un respect dans nos institutions, notre mode de vie, l’état de droit et le respect mutuel.

J’espère qu’il maintiendra cet esprit tout au long de cette transition. Et j’espère que c’est ainsi que sa présidence commencera.

J’ai aussi dit aujourd’hui à mon équipe de garder la tête haute, parce que le travail remarquable qu’ils ont accompli jour après jour, souvent sans faire de bruit, souvent avec beaucoup d’attention – le travail en agences, le travail dans des domaines obscurs de la politique qui permet au gouvernement de mieux fonctionner en le rendant plus réactif, plus efficace et plus intuitif afin d’aider plus de gens. Ce travail remarquable laisse au prochain président un pays plus fort et meilleur que celui il y a huit ans.

Donc que l’on gagne ou que l’on perde dans cette élection, cela a toujours été notre mission. Cela l’a été depuis le premier jour. Et tout le monde dans mon équipe devrait se sentir très fier de tout ce qu’il a accompli et les Américains que j’ai eu l’occasion de rencontrer à travers le pays et qui travaillent dur pour construire et progresser chaque jour devraient partager ce sentiment de fierté.

Les enseignants dans les écoles, les médecins urgentistes dans les cliniques, les petites entreprises qui mettent tout en place pour commencer quelque chose, s’assurer qu’ils traitent correctement leurs employés, tout le travail important des mamans et papas, les familles et congrégations dans chaque état, le travail de rendre cette union parfaite.

C’était donc une campagne longue et difficile. Beaucoup d’Américains sont exaltés aujourd’hui, beaucoup d’Américains le sont moins, mais c’est dans la nature des campagnes, c’est la nature de la démocratie. C’est difficile et parfois source de tensions et lourd et ce n’est pas toujours inspirant.

Mais pour les jeunes qui viennent d’entrer en politique pour la première fois et qui peuvent être déçus du résultat, je veux juste que vous sachiez que vous ne devez pas vous décourager. Ne soyez pas cyniques, ne pensez pas que vous ne pouvez pas faire la différence. Comme la Secrétaire d’État Clinton l’a dit ce matin, se battre pour ce qui est juste en vaut la peine. Parfois vous perdez un argument, parfois vous perdez une élection.

Vous savez, le chemin que ce pays a pris n’a jamais été droit. Nous zigzaguons et parfois nous empruntons un chemin que certaines personnes considèrent comme un pas en avant et d’autres comme un pas en arrière et c’est OK. J’ai perdu des élections avant. Pas Joe (Biden), mais…

(Rires)

Vous savez. Donc j’ai été sûr…

BIDEN : mais (hmm) tu m’as méchamment battu

(Rires)

OBAMA : C’est comme ça que la politique fonctionne parfois. Nous essayons vraiment de persuader les gens que nous avons raison et puis les gens votent. Et puis si nous perdons, nous apprenons de nos erreurs, nous réfléchissons, nous pansons nos blessures, nous nous redressons, nous revenons dans l’arène, et nous y allons de nouveau. Nous y allons encore plus fort la prochaine fois.

Le fait est que nous avançons en pensant que les citoyens nous suivront, parce que la présomption de bonne foi est essentielle à une démocratie dynamique et fonctionnelle. C’est comme ça que le pays évolue depuis 240 ans. C’est ainsi que nous avons poussé les frontières et promu la liberté dans le monde. C’est ainsi que nous avons étendu les lois de notre fondation pour toucher tous nos citoyens. C’est comme cela que nous sommes arrivés à ce point.

Et c’est pourquoi je suis confiant que l’aventure incroyable que nous vivons, en tant qu’Américains, va continuer. Et je me réjouis à l’idée de faire tout ce que je peux pour que le prochain président réussisse.

Je l’ai déjà dit, je pense à ce travail comme un coureur de relais. Vous prenez le bâton, vous faites votre meilleure course et espérons-le, au moment où vous tendez la main et passez le relais, vous vous trouvez un peu plus loin, vous avez accompli un peu de progrès. Et je peux dire que nous avons fait cela et je veux m’assurer que la passation soit bien exécutée parce qu’à la fin, nous sommes tous dans la même équipe.

Voilà, merci beaucoup tout le monde.

(Applaudissements)

Publicités