♚ Une nuit des plus impériales à l’Hôtel de JoBo à Paris ♚

À l’occasion du passage à ma nouvelle dizaine d’années, ma sœur a eu la brillante idée de les fêter à l’Hôtel de JoBo à Paris. Ce boutique-hôtel du Marais, à l’image de Joséphine Bonaparte, est parfait en tous points et je ne regrette absolument pas ce choix

★ La déco est démente, magnifique, décalée et chaleureuse – bien que l’on est dans un hôtel on se sent comme chez soi, l’ambiance est cosy et détendue mais tellement chic

★ Le service est irréprochable – le personnel est aux petits soins, tout est soigné dans les moindres détails

★ Le Bar a la taille qu’il faut pour accueillir quelques 30 personnes lors d’une fête en toute intimité

★ La chambre d’hôtel qui m’a été offerte le temps d’une nuit était somptueuse – malgré sa taille minimale, un maximum d’atouts : tout est pensé pour satisfaire le client (en l’occurrence moi cette nuit là), l’espace est superbement bien aménagé, le grand luxe et surtout le calme absolu. Une des meilleures nuits que j’ai pu passer dans un hôtel

★ Les boissons, les planches mixtes et le petit déjeuner sont à tomber – deux cocktails étaient prévus pour la fête : le Moscow Mule* et la Soupe de Champagne* (voir les recettes) ainsi que des planches mixtes charcuterie et fromages raffinés. Le petit déjeuner le lendemain était aussi délicieux que copieux

Sans plus attendre, quelques photos

©MartiniShakenNotStirred. Tous droits réservés

 

Hôtel de JoBo : 10 rue d’Ormesson Paris 4 / Tél : +33 1 48 047 048 / Compte Instagram

 


Moscow Mule

Ginger Beer
6 cl de vodka
1 cl de jus de citrons
Dans un verre à mélange
• Mettre la Glace dans un grand verre. Verser les ingrédients et remuer délicatement avec la cuillère à cocktail
• Servir dans un verre de type « tumbler »
• Décor: Une tranche de citron et une feuille de menthe
• Ginger ale et ginger beer désignaient autrefois la même boisson, mais aujourd’hui, le ginger beer a un goût de gingembre plus puissant
Vous pouvez aussi remplacer le ginger beer par du Schweppes. Certains aiment ajouter un trait d’Angostura pour relever le goût
***
Histoire du cocktail « Moscow mule »
Créé en 1947
En 1933, à la fin de la prohibition et de son fameux amendement n° 18, stipulant que la production, la vente et le transport de boissons alcoolisées sur le territoire des Etats-Unis étaient désormais interdits, Rudolph Kunett, qui dirigeait alors les produits de beauté Helena Rubinstein, décida d’implanter en Amérique la vodka Smirnoff, qu’il acheta le 21 août 1933 pour 8000 Dollars.
Il fonda la toute première distillerie de vodka américaine à Bethel, dans le conecticut. Mais malgré de grosses sommes dépensées en publicité, son entreprise ne vendit, en 1934, que 6 000 caisses et se retrouva en déficit. En 1939, désespérant de l’avenir, Kunett demanda de l’aide à John Martin, patron de la société Heublein, qui produisait des boissons depuis le XIXe siècle. Il voulait utiliser la marque Heublein pour promouvoir sa vodka. Martin, de bonne humeur ce jour-là, accepta.
Quelques mois plus tard, Martin rachetait la marque Smirnoff à Kunett. Ses subordonnés pensèrent que le patron avait perdu la tête : la plupart des Américains ignoraient jusqu’au terme de « vodka », sans parler du nom Smirnoff. Ils buvaient du whisky, du gin, dans les Etats du Sud du rhum ou de la tequila, considérant la vodka comme un solvant fabriquée par des communistes russes dont ils se méfiaient.
Mais Martin savait que les Américains aimaient les cocktails, et était conscient du potentiel de la vodka dans les cocktails. Martin avait un vieil ami à Los Angeles, Jack Morgan, qui déployait des efforts considérables pour familiariser les Américains avec la ginger ale anglaise, en vain. Un beau jour de 1947, ils se rencontrent à Hollywood, au restaurant « Cock’n Bull » et trouvent une solution à leurs problèmes en mélangeant la vodka et le ginger ale auquel on ajoute du jus de citron vert, servie dans des chopes en étain. Ce cocktail est baptisé « moscow mule » (mule-de-Moscou). Martin déclarera plus tard : « Ce nom ne voulait rien dire, il était juste accrocheur. »
Malgré tout, « moscow » évoquait le pays d’origine de la vodka, et « mule » était sans doute là pour suggérer que le cocktail vous assommait aussi sûrement qu’une ruade de l’animal.

Les Américains aimant les cocktails, le « Moscow mule » offrit enfin une vraie reconnaissance à la vodka

Source : 1001cocktails.com


Soupe de Champagne

1 louche de triple sec (Cointreau, Grand Marnier)
1 bouteille de Champagne
1 louche de jus de citrons verts
1 louche de sirop de sucre de canne
Dans un verre à mélange
• Préparation au dernier moment
L’ensemble des ingrédients doit être stocké au frais
Mélanger doucement les ingrédients dans une grande coupe à punch ou dans un saladier
Servez à la louche
• Servir dans un verre de type « flûte »
Source : 1001cocktails.com

Publicités